""

Faillite : quels sont les biens que vous pouvez conserver?

Beaucoup de gens pensent à tort qu’en déclarant une faillite, ils perdront tout. Ce n’est pas le cas.

Il y a des biens que vous pouvez conserver, même après avoir déclaré faillite (on les désigne sous le nom de biens exemptés en vertu des lois fédérales et provinciales). Il peut s’agir de la valeur nette de votre maison, de votre véhicule, de vos REER, des biens de votre ménage, des appareils thérapeutiques, des articles personnels et de l’équipement dont vous avez besoin pour travailler. Les biens que vous pouvez garder varient d’une province à l’autre. Le syndic vous expliquera quels sont les biens que vous pouvez conserver dans la province où vous vivez.

Il est également possible de continuer à financer des biens au moyen d’un prêt garanti, comme votre maison et votre voiture, aussi longtemps que vous continuez à effectuer les paiements de votre hypothèque et de votre prêt-automobile.

Vous pouvez racheter les biens non exemptés en payant à l’actif de la faillite le montant correspondant à la valeur de ces biens. Par exemple, si vous êtes propriétaire d’un bateau évalué à 1 000 $ et que vous souhaitez le garder, vous pouvez verser au syndic autorisé en insolvabilité le même montant afin de ne pas le perdre. Par ailleurs, le syndic vendra le bien non-exempté afin d’obtenir le montant de ce bien. Que ce soit vous ou un autre acheteur qui obtient les biens non exemptés, le produit tiré à leur vente ira à l’actif de la faillite, au profit de vos créanciers non garantis.

Avec les solutions à l’endettement qui permettent un nouveau départ, il ne s’agit pas des biens que vous devez abandonner, mais plutôt d’assurer votre avenir financier.

Récents billets du blogue

2023-02-06

Dettes et divorce (Parlons Dettes EN 3 Minutes)

Dettes liées au train de vie

La dette en elle-même peut être une chose effrayante. Couplé au divorce, cela peut sembler infranchissable. Étant donné que les problèmes financiers sont l’un des principaux contributeurs à la rupture des liens conjugaux, il peut souvent être difficile de mettre les deux parties sur la même longueur d’onde lorsqu’il s’agit de régler les nombreux prêts, cartes de crédit et autres dettes accumulés pendant le mariage. Pour compliquer encore les choses, il existe de nombreuses fausses informations sur qui est responsable du remboursement des dettes et qui les créanciers peuvent viser en cas de défaut.

En savoir plus