Cinq causes courantes de la faillite

Comme pour toutes les professions, plusieurs questions reviennent souvent lorsque l’on est syndic autorisé en insolvabilité. La plus courante est de loin « Quelle est la cause typique de la faillite ou de l’insolvabilité? »

La réponse est généralement qu’il n’y a pas de cause typique pour déclarer faillite ou faire une proposition de consommateur pour gérer une dette écrasante ni un portrait type de personne qui se voit confrontée à une telle réalité. Chaque situation est unique, et les gens peuvent rencontrer différents problèmes qui se répercuteront sur leurs revenus ou dépenses mensuels.

Une journée moyenne dans la vie d’un syndic inclut la rencontre de personnes ordinaires qui sont malheureusement aux prises avec des difficultés financières pour diverses raisons. Parmi celles-ci, on retrouve souvent la perte d’emploi, une séparation, une maladie (de la personne elle-même ou d’un membre de sa famille), l’absence d’emploi ou l’incapacité à établir un budget.

Voilà des obstacles auxquels nous pouvons tous nous heurter à différents moments de nos vies. Pour certaines personnes, ce n’est qu’un concours de circonstances.

Perte d’emploi

Bien souvent sans être la faute de la personne (par exemple, des mises à pied en raison d’une récession ou d’une restructuration), une perte d’emploi peut survenir de façon inattendue et avoir un effet dévastateur sur un budget. Les factures et les dettes qui étaient gérables lorsque la personne était employée deviennent soudainement lourdes, même après réduction des dépenses non essentielles.

Les plus grandes dépenses dans la vie d’une personne sont souvent les plus difficiles à repousser au mois suivant et financées à l’aide de crédit, comme une hypothèque ou un paiement de voiture. Les conséquences de défauts de paiement, comme la reprise de possession ou la saisie immobilière, peuvent arriver rapidement et avoir des effets à long terme.

Ruptures, séparations et divorces

Il est facile de joindre les vies financières, mais les séparer peut être un processus fastidieux et coûteux. D’abord, les coûts de la vie ne sont tout simplement pas proportionnels à la taille d’un foyer dans la plupart des villes du Canada. Un appartement avec une seule chambre à coucher peut coûter seulement quelques centaines de dollars de moins que celui avec deux ou trois chambres dont le couple partageait les frais. Les gens avouent accumuler du retard dans leurs paiements alors qu’ils continuent de vivre avec un revenu de ménage considérablement réduit.

D’autres problèmes surviennent lorsque des dettes ou des actifs partagés entrent en compte. La responsabilité de certaines factures peut causer des désaccords, et des problèmes peuvent survenir en raison de l’excès de dépenses d’un partenaire, ce qui laisse l’autre dans le pétrin. De plus, la dissolution de l’union peut également entraîner des frais sur le plan juridique, immobilier ou autre, et ceux-ci peuvent souvent atteindre les milliers de dollars.

Maladie

Lorsqu’une maladie grave non couverte par une assurance touche une famille, elle peut engendrer des dépenses additionnelles. Les congés pour se rendre aux rendez-vous médicaux, les déplacements pour voir un spécialiste dans une autre ville, les médicaments prescrits, l’équipement spécialisé et les soins en centre de soins peuvent creuser un important gouffre financier.

La situation peut être encore pire si la personne malade est la source principale de revenus et qu’elle se voit dans l’impossibilité de subvenir aux besoins de la famille.

Absence d’emploi ou emploi sous-payé

Une éducation postsecondaire peut être une excellente façon d’améliorer le potentiel de gains d’une personne, mais peut également se traduire par une lourde dette d’études. Bien que le bénéficiaire doive rembourser son prêt peu après avoir obtenu son diplôme, rien ne garantit que son emploi ou ses revenus potentiels suffiront pour ce nouveau fardeau financier. La concurrence pour les postes de débutant est féroce et la demande n’est tout simplement pas forte dans certaines spécialisations.

Le début de l’âge adulte est également synonyme de plusieurs nouvelles responsabilités financières qui peuvent rapidement devenir accablantes et, combinées aux remboursements des prêts étudiants, coincer les consommateurs dans un cycle de dette. Bien qu’il y ait de l’aide pour certains prêts gouvernementaux, il est courant que des personnes aient de la difficulté pendant des années à essayer de rembourser leurs dettes et à se construire une vie en raison de l’absence d’emploi ou d’un emploi sous-payé.

Dépenses excessives et absence de budget

Certains cas d’insolvabilité sont tout simplement le résultat de personnes vivant au-dessus de leurs moyens. Cela ne devrait probablement pas être surprenant étant donné le manque d’éducation financière générale dans les écoles publiques, l’accès facile au crédit au Canada, la publicité omniprésente et la pression de se comparer à ses amis et à ses voisins.

C’est ce qui vient à l’esprit de la plupart des gens lorsqu’ils pensent à la faillite, et celle-ci est souvent traitée comme un problème moral, mais ça ne devrait pas être le cas. Les dettes peuvent rattraper les meilleurs d’entre nous, particulièrement ceux qui n’ont pas de processus périodique pour effectuer le suivi de leurs revenus et dépenses. C’est pourquoi il est si important d’établir un budget : cela force les consommateurs à établir des priorités et à gérer leurs ressources efficacement.

Certaines personnes qui tombent dans cette catégorie ont également des problèmes de dépendance à l’alcool, aux jeux, à la drogue ou au magasinage. Il s’agit souvent d’un reflet d’autres difficultés comme un traumatisme ou des troubles de santé mentale. Dans bien des cas, leur processus de faillite fera partie d’un grand effort de rétablissement, comme le travail avec un professionnel de la santé mentale ou la participation à un programme en 12 étapes.

La faillite : plus qu’un soulagement financier

La plupart des gens pensent que la faillite est une occasion d’effacer des dettes impossibles à gérer et de prendre un nouveau départ financier. Bien que ce soit vrai, l’une des étapes les plus transformatrices du processus de faillite ou de proposition de consommateur est l’obligation de participer à deux séances de consultation sur l’insolvabilité. Ces discussions peuvent aider les consommateurs à comprendre les raisons sous-jacentes derrière leurs dettes et leur fournir les compétences budgétaires et financières pour éviter d’autres problèmes semblables plus tard. Ces séances sont généralement individuelles, avec un conseiller en insolvabilité.

Il peut être difficile de parler à un étranger à propos de ses dettes, mais la majorité des personnes avec qui nous travaillons sont non seulement heureuses d’avoir demandé de l’aide et prévoient gérer leurs dettes, mais auraient souhaité l’avoir fait plus tôt. Si vos dettes vous empêchent de profiter de la vie, arrêtez de souffrir en silence. Communiquez avec MNP pour obtenir une consultation confidentielle gratuite et connaître vos options dès aujourd’hui.