Indice des dettes à la consommation de MNP : Les Québécois moins confiants sur le plan financier et plus préoccupés par leurs dettes en raison de la pandémie

  • Près de la moitié des répondants se sentent tracassés par leur situation d’endettement actuelle, un résultat plus élevé que celui des autres provinces (+6 points).
  • Ils sont aussi nombreux à croire qu’ils ne pourront pas couvrir leurs frais de subsistance sans s’endetter davantage cette année (+12 points).
  • La moitié d’entre eux redoutent les conséquences d’une augmentation des taux d’intérêt sur leurs finances (+12 points).
  • Un Québécois sur cinq souffre d’insomnie en raison de ses dettes (+6 points).
  • Un quart des répondants ont contracté plus de dettes depuis mars dernier, en raison de la pandémie.

MONTRÉAL (Québec), le 18 janvier 2021 — Tandis que les pertes de revenus et les difficultés économiques liées à la pandémie persistent au Québec, des signes nous indiquent que les facteurs de stress financiers de 2020 seront encore d’actualité dans la nouvelle année. L’indice trimestriel des dettes à la consommation de MNP, qui en est maintenant à sa 15e édition, révèle que près de la moitié (45 %) des Québécois pensent ne pas pouvoir couvrir leurs dépenses courantes dans la prochaine année sans s’endetter davantage, une hausse de 12 points depuis septembre dernier. En comparaison aux autres provinces, les Québécois sont les plus susceptibles à se dire préoccupés par leur niveau d’endettement actuel (45 %, +6 points). Ils sont aussi nombreux à regretter la quantité de dettes qu’ils ont contractées (45 %, +6 points).

« La confiance financière a chuté dans la province. La crise du coronavirus a fait son entrée dans notre vie depuis près d’un an, et les inquiétudes face à l’endettement ne cessent d’augmenter. L’anxiété est notamment répandue chez les personnes qui ont perdu leur emploi, connu une baisse salariale ou été touchées par la fermeture d’une entreprise, affirme Frédéric Lachance, syndic autorisé en insolvabilité chez MNP Ltée, à Montréal. Toutefois, notre recherche indique que la pression s’accentue chez presque la moitié de la population québécoise. »

Le sondage démontre que près du quart des Québécois (24 %) ont contracté plus de dettes en raison de la pandémie. Entre autres, ils ont fait usage d’une carte de crédit (14 %) ou d’une marge de crédit (7 %) pour payer les factures, emprunté auprès de leurs proches (7 %), demandé un prêt bancaire (3 %) ou opté pour un prêt sur salaire (3 %).

« Le bien-être global se reflète souvent dans l’aisance financière. Le fait qu’autant de personnes se trouvent dans l’impossibilité de couvrir leurs frais de subsistance sans s’endetter davantage et les nombreuses incertitudes qui planent toujours montrent à quel point la province se trouve dans une situation délicate », explique M. Lachance.

Moins de trois Québécois sur dix (27 %, +4 points) croient pouvoir joindre les deux bouts sans devoir s’endetter davantage en cas de bouleversement dans leur vie, comme un changement dans leur situation familiale (27 %, -4 points), le décès d’un membre de la famille immédiate (22 %, -5 points) ou encore une perte d’emploi, une baisse salariale ou s’ils devaient occuper un emploi saisonnier (24 %, -5 points).

« La pandémie a bouleversé la vie financière de milliers de ménages de différentes manières : nombreuses sont les perturbations qui n’avaient pas été prévues et auxquelles personne n’était préparé. Toute dépense inattendue ou diminution de revenu produit un effet boule de neige pour ceux qui étaient déjà à court d’argent, et les pousse à emprunter davantage pour boucler leur budget, affirme M. Lachance. »

D’un autre côté, en raison des taux d’intérêt historiquement bas, près de six répondants sur dix (57 %) sont d’avis que le moment est bien choisi pour faire des achats qu’ils ne pourraient se permettre en d’autres temps. En effet, les Québécois (60 %) sont plus enclins que les résidents des autres provinces à dire qu’ils sont moins stressés de s’endetter qu’en temps normal. C’est peut-être pour cette raison qu’ils sont moins nombreux (19 %) à perdre le sommeil en raison de soucis financiers découlant de la COVID-19 (-9 points depuis juin dernier) ou de la récession (17 %, -5 points).

« Les taux d’intérêt peu élevés tendent à donner un faux sentiment de sécurité, prévient M. Lachance. Emprunter davantage pour régler ses difficultés financières ne règlera pas les problèmes : une telle approche ne peut que les décupler. »

Le sondage fait ressortir les risques d’une grande dépendance au crédit. Les résidents du Québec (50 %) sont les plus susceptibles à affirmer qu’ils redoutent les conséquences de la remontée des taux d’intérêt sur leur situation financière, une hausse importante de 12 points depuis juin dernier. Un répondant sur cinq (20 %) a déclaré souffrir d’insomnie en raison de l’accumulation de dettes personnelles — une hausse de 6 points depuis juin dernier et la plus importante par rapport aux autres provinces. Ils sont presque aussi nombreux à se demander comment régler leurs factures (14 %, -2 points) ou subvenir aux besoins essentiels de leur famille (13 %, +1 point).

Selon M. Lachance, la honte et l’orgueil poussent souvent les personnes lourdement endettées à faire traîner leur situation pendant trop longtemps. Certains doivent même se soumettre à des mesures de recouvrement draconiennes ou subir des arnaques liées à l’allègement des dettes, ce qui leur cause plus de stress et de nuits blanches.

Les syndics autorisés en insolvabilité peuvent garantir une protection juridique contre les créanciers et guider les gens à prendre des décisions réfléchies sur leur situation financière.

« La proposition de consommateur ou la faillite sont peut-être des solutions pour certains. D’autres ont simplement besoin de conseils avisés pour mettre en place un budget ou un plan précis pour rembourser les dettes. La situation est différente pour chaque personne. Voilà pourquoi les conseils impartiaux d’un syndic autorisé en insolvabilité régis par le gouvernement sont essentiels », déclare M. Lachance.

Il propose, avec son équipe, des consultations confidentielles gratuites aux Québécois aux prises avec de sérieuses dettes. Leur mandat consiste à les aider à comprendre leurs droits et à les orienter vers la meilleure voie à suivre. Ils passeront en revue les dettes, les épargnes, les biens, les revenus ainsi que la situation financière globale du particulier afin de lui faire des recommandations sur mesure. Ils expliqueront également en détail les différentes solutions d’allègement de dettes possibles — comme les stratégies de réduction de l’endettement, la consolidation de dettes, la proposition de consommateur et la faillite.

À propos de MNP Ltée

MNP Ltée, division du cabinet comptable national MNP sencrl, srl, est le plus important groupe de professionnels en insolvabilité au Canada. Depuis plus de 50 ans, notre équipe chevronnée de conseillers et de syndics autorisés en insolvabilité travaille avec les particuliers pour les aider à surmonter leurs difficultés financières et à reprendre leurs finances en main. Comptant plus de 230 bureaux d’un océan à l’autre, MNP aide chaque année des milliers de Canadiens qui éprouvent d’importants problèmes d’endettement. Visitez notre site Web au MNPdettes.ca pour communiquer avec un syndic autorisé en insolvabilité ou utiliser gratuitement nos outils d’autoévaluation de l’endettement. Abonnez-vous à notre balado de trois minutes (en anglais seulement) pour obtenir régulièrement des capsules pratiques sur la gestion des dettes et les finances personnelles.

À propos de l’indice des dettes à la consommation de MNP

L’indice des dettes à la consommation de MNP permet de prendre le pouls des Canadiens à l’égard de leur endettement et de mesurer leur capacité à payer leurs factures, à faire face aux imprévus et à absorber les hausses de taux d’intérêt sans risquer l’insolvabilité. Réalisé par Ipsos et mis à jour chaque trimestre, cet indice est l’un des baromètres les plus fiables de la situation financière des Canadiens. L’indice, qui en est à sa 15e édition, se situe maintenant à 89 points, soit le niveau le plus bas jamais compilé, un résultat comparable aux creux enregistrés en mars et en septembre derniers. Consultez MNPdettes.ca pour en savoir plus.

Les données les plus récentes, qui ont servi à produire le 15e indice des dettes à la consommation de MNP, ont été compilées par Ipsos entre le 1er et le 3 décembre 2020 pour le compte de MNP Ltée. Dans le cadre de ce sondage, un échantillon de 2 000 Canadiens d’au moins 18 ans ont été interrogés. Une pondération visant à équilibrer les données démographiques a ensuite été réalisée pour s’assurer que la composition de l’échantillon reflète celle de la population adulte selon les données du recensement et pour fournir des résultats représentatifs de l’ensemble de la population. La précision des sondages en ligne d’Ipsos est mesurée au moyen d’un intervalle de crédibilité. Dans le cas présent, les résultats se situent à plus ou moins 2,5 points de pourcentage, 19 fois sur 20, de ceux qui auraient été obtenus si tous les adultes canadiens avaient pris part au sondage. L’intervalle de crédibilité sera plus large parmi les sous-ensembles de la population. Tous les questionnaires et sondages peuvent être affectés par d’autres types d’erreurs, notamment l’erreur de couverture et l’erreur de mesure.

Un sommaire de certaines données nationales vous sera fourni sur demande.